Tag Archives: how to soften meat

Communauté de communes Ouest-Anjou

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) ; pour plus d’indications, visitez le Projet des intercommunalités françaises.

La communauté de communes Ouest-Anjou est une ancienne communauté de communes française située dans le département de Maine-et-Loire et la région Pays de la Loire.

Elle se situait dans le Segréen et faisait partie du syndicat mixte Pays de l’Anjou bleu, Pays segréen.

La communauté de communes Ouest Anjou est créée en 1996, par arrêté préfectoral du 13 août.

Ses statuts sont modifiés en 2006 puis en 2011, avec l’ajout de la compétence en matière d’équipements immobiliers de santé. En 2012 how to soften meat, elle étend ses compétences dans les domaines de la culture, du tourisme et du sport.

Le , la commune de La Pouëze quitte la communauté de communes à la suite de son incorporation au sein de la commune nouvelle d’Erdre-en-Anjou, dont elle est devenue commune déléguée.

Le , les communes de La Cornuaille organic meat tenderizer, Le Louroux-Béconnais et Villemoisan constituent la commune nouvelle de Val d’Erdre-Auxence.

Le schéma départemental de coopération intercommunale de Maine-et-Loire, approuvé le par la commission départementale de coopération intercommunale, envisage la fusion de la communauté de communes Ouest-Anjou avec la communauté de communes du Haut-Anjou et la communauté de communes de la région du Lion-d’Angers. Cette fusion est effective le sous le nom de communauté de communes des Vallées du Haut-Anjou.

La communauté de communes Ouest Anjou regroupait quatre communes :

Le siège de la communauté de communes était fixé à la mairie de Bécon-les-Granits.

En tant qu’établissement public de coopération intercommunale (EPCI), la communauté de communes Ouest-Anjou (CCOA) avait pour vocation de réunir les forces de plusieurs communes dans les domaines d’intervention suivants :

On comptait en 2009, sur le territoire de la communauté de communes, 4 162 logements, pour un total sur le département de 360 144. 92 % étaient des résidences principales, et 68 % des ménages en étaient propriétaires.

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage sur la communauté de communes était de 16 890 , pour une moyenne sur le département de 17 632 .

Sur 782 établissements présents sur l’intercommunalité à fin 2010, 35 % relevaient du secteur de l’agriculture (pour 17 % sur l’ensemble du département), 7 % relevaient du secteur de l’industrie, 10 % du secteur de la construction, 35 % du secteur du commerce et des services (pour 53 % sur le département) et 13 % de celui de l’administration et de la santé.

Sur les autres projets Wikimedia :