Tag Archives: buy a water bottle

James Meade

James Edward Meade (23. juni 1907 i Swanage – 22. december 1995 i Cambridge) var en britisk økonom og bl.a. professor ved London School of Economics (LSE) og University of Cambridge. I 1977 modtog han Nobelprisen i økonomi sammen med Bertil Ohlin “for deres banebrydende bidrag til teorien bag international handel og kapitalbevægelser”.

James Meade blev født i Swanage i grevskabet Dorset i Sydengland og voksede op i byen Bath. Både som teenager og i begyndelsen af sin studietid ved Oxford University fra 1926 beskæftigede han sig med humanistiske fag som græsk og latin, men i slutningen af sit andet studieår skiftede han til faget “Filosofi, Politik og Økonomi”, som var et ret nyt universitetsfag. I 1930-31 tilbragte han et år som postdoc ved Trinity College i Cambridge, hvor hans interesse for økonomien som videnskab blev voldsomt stimuleret af deltagelsen i diskussionsgruppen “Cambridge Circus”, en gruppe yngre økonomer som bl.a. Joan Robinson og Piero Sraffa, der diskuterede John Maynard Keynes’ værker organic meat tenderizer, også med ugentlige møder med Keynes selv.

I 1931 blev Meade udnævnt til lecturer ved Hertford College i Oxford. Her var han med til at påbegynde undervisningen i økonomi som et egentligt universitetsfag med eksamination, hvilket var en ret ny situation i Oxford. Meade interesserede sig ikke mindst for spørgsmålet om massearbejdsløshed, som var et stort problem under depressionen i 1930’erne. Et andet interesseområde var Folkeforbundet – i Oxford var der på det tidspunkt en meget aktiv afdeling af foreningen League of Nations Union, hvis sekretær Margaret Wilson endte med at blive gift med Meade. I 1937 rejste parret til Geneve, hvor Meade i tre år arbejdede for Folkeforbundet.

I 1940 måtte de rejse tilbage til England på grund af 2. verdenskrig. Her blev Meade ansat i War Cabinet Secretariat, hvor han blev til 1947, fra 1946 som sekretariatets direktør evercare shaver. I sekretariatet arbejdede han under hele krigen med at løse diverse former for økonomiske spørgsmål afledt af krigsførelsen, bl.a. sammen med Keynes.

I 1947 blev Meade professor i handelsteori ved London School of Economics. I løbet af det næste tiår skrev han to banebrydende bøger om international økonomisk politik, nemlig The Balance of Payments (“Betalingsbalancen”) (1951) og Trade and Welfare (“Handel og velfærd) (1955). Den første bog understregede blandt andet det faktum, at en regering har brug for et selvstændigt instrument for hvert af de politiske mål buy a water bottle, det stiler efter. Den anden bog omhandlede, under hvilke betingelser frihandel stiller et land bedre, og hvornår det ikke er tilfældet. Meade konkluderede, modsat den på det tidspunkt gældende opfattelse, at hvis et lande allerede beskyttede et af sine markeder fra international konkurrence, kunne yderligere beskyttelse af et andet marked være fordelagtigt (såkaldt “second best”). Det var ikke mindst på grund af bidragene i disse bøger, at Meade senere fik Nobelprisen sammen med Bertil Ohlin i 1977.

I 1957 flyttede Meade fra London for at blive professor i politisk økonomi i Cambridge. Det var han indtil 1967, hvor han forlod stillingen for at blive senior research fellow ved Christ’s College i Cambridge – en stilling, han beklædte indtil sin pensionering i 1974.

I 1974 blev Meade formand på fuld tid for en komite, der skulle kulegrave det britiske skattesystem og komme med forslag til en skattereform. Komiteen, der blev nedsat af den uafhængige britiske institution Institue for Fiscal Studies, fik navn efter sin formand som Meade-komiteen, og afsluttede i 1978 sit arbejde i form af en fyldig rapport. Rapporten blev i mange år betragtet som et hovedværk inden for sit felt og stod som en standard-reference i diskussioner om skatte-teori og skattepolitik i England – så meget, at ideen mange år senere blev kopieret af Institute for Fiscal Studies, der i 2011-12 offentliggjorde et tilsvarende “Mirrlees Review”, igen en gennemgribende rapport om Storbritanniens skattesystem, skrevet af anerkendte eksperter og med en britisk Nobelpristager (denne gang James Mirrlees) i spidsen, med klare referencer til Meade-rapporten.

Jacques Parizeau

Jacques Parizeau, né le et mort le à Montréal, est un économiste, haut fonctionnaire, professeur et homme politique québécois. Il a été ministre des Finances du Québec de 1976 à 1984, puis le 26e premier ministre du Québec du au .

Issu d’un milieu aussi aisé que cultivé, fils de Gérard Parizeau (homme d’affaires, assureur, historien), et de Germaine Biron, Jacques Parizeau est aussi l’arrière-petit-fils de Damase Dalpé (en) (dit Parizeau), député à l’Assemblée législative du Québec de 1992 à 1997.

Enfant, il est élève au Collège Stanislas de Montréal, où il reçoit une instruction donnée par des professeurs français laïques, et s’implique dans le scoutisme au sein du groupe du collège, le 55e Groupe Guynemer d’Outremont, où il fut tour à tour, éclaireur et chef de troupe.

Jacques Parizeau obtient d’abord un diplôme des Hautes études commerciales de Montréal, où le professeur François-Albert Angers fut son mentor. Il est diplômé ensuite de l’Institut d’études politiques de Paris et de la Faculté de droit de Paris, Jacques Parizeau obtient aussi le titre de Ph.D. de la London School of Economics.

Partisan de l’intervention de l’État dans l’économie, il fut un des conseillers les plus influents du gouvernement du Québec durant les années 1960, jouant un rôle-clé en coulisses pendant la Révolution tranquille, notamment dans la nationalisation de l’électricité et dans la création du Régime des rentes du Québec. Il fut conseiller économique auprès des premiers ministres des partis successifs au pouvoir, dont : Jean Lesage (Parti libéral du Québec) et Daniel Johnson (Union nationale) et l’un des principaux acteurs de la création de la Société générale de financement (SGF) en 1962 et de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) en 1965.

À titre de haut commis de l’État, il a été intimement lié à plusieurs des initiatives-phare de la Révolution tranquille : la nationalisation de l’électricité, l’abolition du monopole des syndicats financiers torontois sur l’émission des obligations du gouvernement du Québec, la création de la Caisse de dépôt et placement du Québec et la mise en place de la Régie des rentes du Québec.

D’abord en faveur du fédéralisme canadien, Jacques Parizeau, à mesure qu’il prend conscience de la situation économique du Québec, de la possibilité que celui-ci s’affranchisse du reste du Canada et acquière une plus grande autonomie sur la scène politique mondiale et au sein des ensembles économiques multinationaux, devient ainsi souverainiste en 1967 sur le train qui le mène à Banff pour y prononcer une conférence et se joint au Parti québécois le .

Sous la bannière de ce parti, Jacques Parizeau est d’abord candidat défait aux élections générales de 1970 et de 1973. Il est élu député de la circonscription de L’Assomption aux élections de novembre 1976 et devient ministre des Finances, poste qu’il occupera jusqu’en 1984. Parizeau joue un rôle important dans le référendum de 1980 au Québec, défendant la proposition du gouvernement péquiste pour la souveraineté-association, c’est-à-dire la souveraineté politique du Québec assortie d’une association économique avec le Canada.

Lors de son passage de huit ans au poste de ministre des Finances du Québec, il a été l’architecte de la politique économique du gouvernement de René Lévesque. Il a présidé à l’émergence d’un capitalisme québécois francophone qu’il a appuyé en instaurant notamment le Régime d’épargne-actions et en permettant la création du Fonds de solidarité de la FTQ. Il a aussi guidé le Québec au cours de la récession du début des années 1980 et imposé des réductions de salaire temporaires aux employés de l’État, un facteur qui a contribué à la défaite du Parti québécois à l’élection générale québécoise de 1985.

Avant son élection, Jacques Parizeau avait été professeur aux Hautes Études Commerciales de 1955 à 1976. Il y retourne après 1984, année où il rompt avec René Lévesque et son idée du « beau risque » : après l’échec de négociations constitutionnelles entre les provinces et le fédéral, Lévesque s’était départi de l’objectif de réaliser à court terme l’indépendance du Québec et s’occupait plutôt de le gouverner et accordait une dernière occasion au fédéralisme canadien en accueillant favorablement le projet de réforme constitutionnelle envisagé par le premier ministre fédéral Brian Mulroney. Jacques Parizeau, comme plusieurs de ses collègues, s’opposèrent à ce changement d’orientation. Lui et six autres ministres quittent alors le conseil des ministres à la fin novembre 1984. René Lévesque se retire lui aussi, peu après, et sera remplacé par Pierre-Marc Johnson.

En 1987, Pierre-Marc Johnson quitte la direction du Parti québécois buy a water bottle, après avoir été défait lors de l’élection générale de 1985. Jacques Parizeau est choisi pour le remplacer en tant que chef du parti le et, se faisant élire à nouveau dans L’Assomption le , devient le Chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale du Québec. Parizeau dénonce d’abord la « mollesse » du gouvernement Bourassa, particulièrement dans le domaine constitutionnel, puis « tend la main à (s)on premier ministre » à la suite de la déclaration du 22 juin 1990. En 1992, le premier ministre Bourassa fait amender la loi 150 qui, constatant l’échec de l’accord du lac Meech, prévoyait la tenue d’un référendum sur la souveraineté du Québec, et en fait changer le libellé pour que la consultation populaire porte sur la ratification de l’accord de Charlottetown, par lequel le Québec révise à la baisse ses exigences. Les populations du Québec et du Canada rejettent l’accord et Jacques Parizeau devient premier ministre moins de deux ans plus tard.

Le , Jacques Parizeau mène le Parti québécois à la victoire électorale, formant un gouvernement majoritaire et devenant premier ministre du Québec. Parizeau promet de tenir un référendum sur la souveraineté du Québec.

En tant que premier ministre, il est l’artisan du référendum du 30 octobre 1995 qui a rejeté par une faible marge le projet souverainiste dont il s’est fait le défenseur indéfectible depuis son adhésion au Parti québécois en 1969. La date du référendum est fixée au . L’appui à la souveraineté se situe d’abord à environ 40 % dans les sondages d’opinion. À mesure que la campagne avance, toutefois, les appuis à l’option du « Oui » augmentent. Malgré cela, l’option souverainiste finit par plafonner, devant quoi Parizeau, sensible aux pressions pour qu’il s’adjoigne les services de Lucien Bouchard, le populaire chef du Bloc québécois (au fédéral), nomme celui-ci « négociateur en chef » du Québec advenant la victoire du « oui ». Ce faisant, Jacques Parizeau accepte de jouer un second rôle pour la suite de la campagne.

La nuit du 30 octobre, le Québec s’approche, à quelques milliers de votes près, de l’indépendance, mais le « non » l’emporte par 50,6 % des voix. Le soir de cette défaite, le court discours de Jacques Parizeau comporte quelques phrases amères au sujet de « l’argent et des votes ethniques » (critiquant surtout ainsi les dépenses illégales engagées par les forces fédéralistes du « non »[réf. nécessaire] et les communautés ethnoculturelles pour leur rejet massif du projet souverainiste[réf. nécessaire]. À titre d’exemple, les circonscriptions de D’Arcy-McGee et de Jacques-Cartier, très majoritairement anglophones, ont voté « non » dans une proportion respective de 96,38 % et de 91,02 %, dont certaines sections de vote à 100 %). Parizeau parle de « Nous », c’est-à-dire les francophones qui ont voté « oui », déclarant que ce groupe majoritaire, pour la première fois, n’avait plus peur de l’indépendance politique. En effet, 60 % des francophones québécois (qui représentent 80 % de la population québécoise) ont voté « oui », ce qui s’avère malgré tout insuffisant pour que le Québec accède à sa souveraineté. Toutefois, ce chiffre inclut les Québécois francophones issus des communautés ethnoculturelles que son discours semble pourtant exclure, de là toute la complexité de la problématique : le discours déçoit, le soir-même, des partisans issus de ces communautés présents lorsqu’il est prononcé

Colombia 2016 Home DAVID OSPINA 1 Jerseys

Colombia 2016 Home DAVID OSPINA 1 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Parizeau déclare aussi que « la prochaine fois » il ne faut que voter « oui » à « 62 ou 63 % et ça passera », ce qui, pour certains, remet en cause la nécessité d’attirer des non-francophones et des communautés ethnoculturelles au projet souverainiste. Jacques Parizeau est aussitôt vivement critiqué pour ses commentaires, qu’il reconnaît plus tard « malheureux »[réf. nécessaire] et méritant la désapprobation avec laquelle ils furent accueillis[réf. nécessaire]. Il admettra aussi, en 1997, qu’il considère que c’est la langue qui influence l’orientation du vote pour l’indépendance et non l’origine ethnique free bpa water bottles.

Ayant promis de partir si le « Non » l’emportait, il respecte sa promesse en démissionnant le lendemain comme chef du Parti québécois et premier ministre du Québec.

Quelques semaines plus tard, le quotidien français Le Monde révèle la collaboration nouée entre Jacques Parizeau et l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing, pour aider les souverainistes à proclamer l’indépendance juridique du Québec 10 jours seulement après les résultats du scrutin.

Jacques Parizeau est remplacé par Lucien Bouchard à la direction du Parti québécois et du gouvernement du Québec le .

Parizeau, depuis lors dépourvu de tout poste électif mais néanmoins encore doté d’un statut politique certain, continue de commenter très publiquement la situation politique courante, notamment la lenteur du nouveau gouvernement Bouchard et ses hésitations dans la promotion de l’indépendance du Québec.

En 1999, il devient membre correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques, l’une des cinq académies de l’Institut de France.

De plus, il agit à titre de conférencier régulier et particulièrement apprécié auprès des jeunes dans les institutions d’enseignement du Québec. En 2003, de présumées déclarations de Jacques Parizeau, véhiculées par le quotidien trifluvien Le Nouvelliste (déclarations qui se sont avérées par la suite sans fondement)[réf. nécessaire], ont fait dérailler la campagne de Bernard Landry pendant le débat des chefs.

Il devient commandeur de la Légion d’honneur de France en 2000.

Aux élections de 2007, Jacques Parizeau soutient le Parti québécois, alors dirigé par André Boisclair, qui subit la défaite.

Durant la campagne électorale de 2012, Jacques Parizeau appuie officiellement l’élection de Jean-Martin Aussant, chef d’Option nationale. M. Parizeau a aussi fait un don de 200 $ à sa campagne. L’épouse de M. Parizeau, Lisette Lapointe, a fait un don de 740 $ et a aidé à l’élection de monsieur Aussant. Le couple figure parmi les appuis les plus connus de la jeune formation souverainiste.

Le 14 janvier 2013, Option nationale annonce que Jacques Parizeau sera orateur invité lors de son congrès des 2-3 mars 2013.

Le 21 septembre 2014, un discours vidéo de 32 minutes est projeté durant l’évènement DestiNation (rassemblement citoyen pour l’indépendance), auquel assistent entre 800 et 1000 personnes.

Jacques Parizeau était marié à Alice Parizeau (Poznańska de son nom de fille), une femme de lettres, journaliste et criminologue québécoise d’origine polonaise. En 1992, soit deux ans après le décès de celle-ci, Jacques Parizeau se remarie avec Lisette Lapointe qui, lors de l’élection générale de 2007, se présente comme candidate du Parti québécois dans la circonscription de Crémazie. Au lendemain de ce scrutin, Lisette Lapointe devint députée de cette circonscription.

Jacques Parizeau meurt le (à 84 ans). Sa femme, Lisette Lapointe, en a fait l’annonce en s’exprimant ainsi : « Immense peine ce soir. L’homme de ma vie est parti. Tout en douceur, entouré de plein d’amour. Après un combat titanesque, hospitalisé durant cinq mois, traversant les épreuves remington shaver spares, les unes après les autres avec un courage et une détermination hors du commun, il a dû rendre les armes ce soir, 1er juin, un peu avant 20 heures. Nous sommes dévastés. Nous l’aimons et l’aimerons toujours ». Dans les jours suivants, des milliers de personnes défilent devant sa dépouille, exposée en chapelle ardente à Montréal, à l’édifice de la Caisse de dépôt et placement, puis à Québec, au Salon rouge de l’Assemblée nationale. Des funérailles d’État sont organisées en son honneur le 9 juin en l’église Saint-Germain-d’Outremont, auxquelles participent le premier ministre et cinq anciens premiers ministres.

Il est le frère de l’homme d’affaires Robert Parizeau.

Sur les autres projets Wikimedia :