Tag Archives: best plastic water bottle

Holbrook-Ross Street Historic District

Holbrook-Ross Street Historic District is a national historic district located at Danville, Virginia. The district includes 107 contributing buildings in a primarily African-American neighborhood of Danville. It includes a full range of late 19th and early 20th century residential, commercial, and institutional structures. The majority of the houses are single-family dwellings that were built between 1880 and 1910 brine meat tenderizer, and includes notable examples of vernacular Italianate and Queen Anne styles. Notable buildings include the Williams House (c. 1890), Hargraves-Geary House (c best plastic water bottle. 1890) childrens football socks, Tisden House (c. 1930), Leroy Johnson House (c. 1940), Broadnax Apartment (c. 1930), Calvary Baptist Church (1896), Holbrook Street Presbyterian Church (c. 1910), Loyal Baptist Church (1924) goalkeeper gloves ireland, Wesley AME Church (1939), Westmoreland Middle School (1936), and the Annex Building (1925). Located in the district are the separately listed Hotel Danville and the Danville Municipal Building.

It was listed on the National Register of Historic Places in 1997.

Willem Bartel van der Kooi

La Lettre d’amour par Willem Bartel van der Kooi, 1808

Willem Bartel van der Kooi (né le à Augustinusga et mort le (à 68 ans) à Leeuwarden) est un peintre portraitiste et professeur de dessin néerlandais.

Willem Bartel van der Kooi est le fils de Binne van der Kooi, clerc à la mairie, et de Teetske Willems. Il grandit dans le village d’Augustinusga (commune d’Achtkarspelen) dans le nord-est de la Frise. Il montre un intérêt précoce pour le dessin et de modelage et, dès 1783 electric shaver ratings, il devient l’élève du peintre amateur John Verrier water waist pack. Van der Kooi est surtout portraitiste. Essentiellement autodidacte, il prend, en 1794, quelques leçons du peintre paysagiste Harmen Wouters Beekkerk à Leeuwarden.

Van der Kooi, qui est issue d’une famille de patriotes, accueille avec enthousiasme la révolution batave de 1795. Le , il est élu représentant du peuple de la Frise. Un an plus tard, il est nommé secrétaire de la commune d’Achtkarspelen. Le , Van der Kooi est nommé Praelector de dessin à l’université de Franeker, afin d’améliorer l’enseignement de dessin scientifique (médecine best plastic water bottle, mathématiques), qu’il réussit à hausser au niveau académique. On est content de son enseignement, ce qui n’empêche pas qu’il échoue dans ses efforts de fonder une vraie Académie de dessin.

Important pour le développement de Van der Kooi comme portraitiste est un voyage à Düsseldorf en 1804 pour y étudier les grands maîtres.

En avril 1805, il se marie à Jetske Hayes, la fille d’un fermier de Bergum. Sa femme mort jeune en couches à la naissance de leur troisième fils, 1809.

En 1808, il gagne le prix du genre de la première exposition d’art national à Amsterdam avec La Lettre d’amour, ce qui lui vaut des commissions pour des portraits. En août 1809, il devient correspondant de la quatrième classe de l’Institut royal néerlandais des sciences, lettres et arts d’Amsterdam. Après l’incorporation du royaume de Hollande à l’Empire français en 1810, Napoléon Ier y réorganise l’enseignement universitaire, l’université de Franeker est fermée en 1811, et Van der Kooi perd sa place. En 1813, il quitte Franeker pour habiter Leeuwarden, où il reste jusqu’à sa mort en 1836.

Sa renommé va grandissant, et, en 1818, il obtient la commande de quelques portraits du roi Guillaume Ier des Pays-Bas et de son épouse.

Selon ses propres dires, Van der Kooi s’estimait plus apte à l’enseignement qu’à la peinture libre. Ainsi il va donner à Leeuwarden des cours d’art 1826 jusqu’à sa mort. Il a eu une influence certaine sur les peintres de l’époque.

Sur les autres projets Wikimedia :

Le Marigot

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Le Marigot est une commune française, située dans le département de la Martinique en région Martinique. Ses habitants sont appelés les Marigotains et les Marigotaines.

La commune est située entre Le Lorrain et Sainte-Marie. Ses limites sont la rivière Charpentier et la rivière du Lorrain. Elle est par ailleurs entourée par d’autres communes : Fonds-Saint-Denis, le Gros-Morne et par l’océan Atlantique.

Le territoire communal s’étire vers le Sud, sous le Morne Platine jusqu’au Morne du Lorrain et de la Route Nationale 1. Plus au Nord, elle est limitée par le Morne l’Étang, et le Morne Palmiste.

De relief très accidenté, sa côte est très découpée et est constituée de falaises et d’anses : Massé, Charpentier, Baignoire… Exposé à l’Est, le Bourg forme une sorte d’amphithéâtre qui reçoit de plein fouet les alizés.

Elle compte plusieurs quartiers : Charpentier, Garanne, Plateforme, La Marie, Duhamelin, Fonds-d’Or, Sénéchal, le Bourg, La Pointe, Dehaumont, Fleury, Papin, Durand, Dominante, Dussaut, Duvallon, Grand-Desgras, La Débite, Crassous conair fabric defuzzer, Fonds-Dominique. stainless steel lemon juicer..

Le mot marigot désigne une dépression envahie par les eaux stagnantes, le bras mort d’un fleuve ou d’une rivière.

En 1923, le conseil municipal projette de changer le nom de la commune pour Fonds-d’Or pour dissiper l’image d’une région insalubre et marécageuse qu’évoque Marigot. La décision fut prise en 1926 mais la commune retrouve son nom dès 1929.

Son blason a été réalisé, à partir des thèmes suivants : le Fond d’Or et les cinq quartiers, le soleil, la religion, la pêche et la paix.

Au départ de la composition, le soleil qui dynamise la vie du “bourg fleuri”. Les cinq pétales représentant les cinq quartiers principaux du Marigot. La courbe hélicoïdale du soleil revêt une couleur dorée. Il s’agit du rappel du Fond d’Or qui fut l’appellation du Marigot, de 1923 à 1929.

En bas, à droite de la composition, l’interprétation de l’activité économique fondamentale du Marigot : la pêche. Ce thème est représenté par le profil d’un bateau, couleur bleu. L’avant de ce bateau s’accroche sur une ligne verticale croisant une ligne horizontale, à la hauteur du sommet des vagues (partie gauche du blason). Ces deux droites se croisant représentent la croix chrétienne (porte-bonheur, c’est une forme géométrique ayant une action sur l’univers). En bleu, sur la partie gauche, représentation des vagues déferlantes de l’océan Atlantique et la configuration de Marigot en amphithéâtre.

En dernier lieu, en haut et à gauche, un oiseau avec son aile déployée projette la paix et la fraternité sur la commune.

La commune du Marigot est créée en 1889 à partir d’une section de la commune du Lorrain. La même année est fondée l’usine du Lorrain sur le site de l’ancienne sucrerie de l’Habitation Lagrange, propriété de la famille Assier de Pompignan. Contrairement à ce que son nom laisse entendre, l’usine du Lorrain se trouve sur le territoire de la commune du Marigot. Elle reste en activité jusqu’à 1955.

En 2012, la commune comptait 3 568 habitants best plastic water bottle. L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe&nbsp local football jerseys;siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année.

Le taux de chômage, en 1999, pour la commune fut de 36,2 %.

Équipement sportif :

Clubs sportifs :

Sur les autres projets Wikimedia :