Outlast

Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l’article, comment ajouter mes sources ?).
Vous pouvez améliorer sa rédaction !
Outlast est un jeu vidéo de type survival horror développé et publié par Red Barrels, sorti sur Windows le 4 septembre 2013, via la plateforme de téléchargement Steam. Il est également sorti sur PlayStation 4 le 4 février 2014 en Amérique du Nord et le 5 février 2014 en Europe. Il est sorti sur Xbox One le 20 mai 2014. Une version pour Linux et Mac est sortie le 31 mars 2015.

Outlast est un survival-horror. Comme dans Amnesia, le personnage ne possède aucune arme et ne peut pas attaquer les antagonistes, il n’aura donc comme choix que de courir ou de se cacher. Il peut se cacher dans des casiers ou sous des lits (façon Clock Tower). Cependant, dans le cas ou l’ennemi serait trop proche du joueur, ce dernier pourrait alors fouiller les casiers ou regarder en dessous des lits, ce qui mène à une attaque certaine

Sandro Exil E10539E Col rond Pliant Confortable Dentelle Bleu Tops

Sandro Exil E10539E Col rond Pliant Confortable Dentelle Bleu Tops

BUY NOW

€222.37
€143.00

. Le joueur peut échapper aux ennemis en fuyant, fermer les portes derrière lui les ralentira mais le seul moyen de les stopper complètement est de se faufiler par des passages étroits, capacité que les antagonistes ne possèdent pas, afin de les fuir. Surtout le protagoniste peut fuir aux agresseurs en sautant au-dessus du gouffre pour rejoindre l’autre côté, soit monter à l’échelle, soit aux trappes d’échappement, soit de grimper a des endroits d’escalades.
L’univers reste sombre tout au long du jeu, voire totalement sans lumière naturelle, ce qui oblige le joueur à utiliser la vision nocturne de sa caméra, le seul objet dont le joueur est équipé. La caméra possède un temps d’utilisation infini, mais la vision nocturne possède une longévité très courte et nécessite des batteries pour fonctionner, objet pouvant être trouvé tout au long du jeu. Filmer enregistre les événements et écrit des notes dans le carnet de note du joueur. L’histoire s’éclaircit à travers des documents qui peuvent être trouvés à des endroits différents ; ce sont des dossiers bleus avec « CONFIDENTIEL » marqué sur la couverture.
Miles Upshur, un journaliste d’investigation indépendant, reçoit une information anonyme à partir d’une source identifiée seulement par un dénonciateur. Il lui raconte des expériences inhumaines commises à l’asile de Mount Massive, un hôpital psychiatrique situé dans les montagnes de Lake County, Colorado, appartenant à la Murkoff Corporation, qui est connue pour ses affaires de corruption. Entrant à l’intérieur de l’asile, Upshur est horrifié de découvrir des cadavres qui jonchent le sol, y compris un agent de SWAT mourant qui l’avertit de s’échapper pendant qu’il en est encore temps. En étudiant un peu plus la situation, Upshur trouve les patients de l’asile, connus sous le nom “Variants”, en liberté et hostiles à son égard ; en particulier, un sadique flandrin nommé Chris Walker. Approché par Martin Archimbaud, un chef de la secte qui se considère comme étant prêtre, il lui dit qu’il a été envoyé par « Dieu » pour être son témoin des événements de la nuit. Il devient vite évident qu’Archimbaud n’a pas l’intention de laisser échapper Miles, et qu’il idolâtre une entité en apparence surnaturelle connue seulement sous le nom de Walrider, dont il prétend avoir provoqué son évasion.
Pris au piège à l’intérieur, Upshur est obligé d’explorer l’asile à la recherche d’une sortie timberland pas cher, et d’échapper à plusieurs Variants, y compris une poursuite de Walker, et des jumeaux en soif de le tuer. Poursuivi dans l’aile des hommes, Upshur est sauvé par un monte-charge qui l’amène dans une autre pièce, avant d’être capturé par son “sauveur”, un exécutif Murkoff délirant nommé Richard Trager. Trager, un « docteur » qui expérimente sur les patients, attache Upshur à un fauteuil roulant et ampute deux de ses doigts. Laissé pendant un court instant seul ; Miles réussit à s’échapper dans un ascenseur. Saisi par Trager tandis que l’ascenseur est toujours en mouvement, une lutte s’ensuit qui se traduit finalement par la mort du docteur, écrasé au niveau du bassin entre la cabine d’ascenseur et l’étage supérieur. bloquant ainsi la cabine. Upshur rencontre alors Archimbaud encore une fois avec Le Walrider. Miles Upshur ne peut le voir qu’à travers le mode de vision de nuit de sa caméra. Atteignant un auditorium avec une bobine de film faisant défiler des images à l’écran, Upshur apprend que Le Walrider a été créé par le Dr Rudolf Gustav Wernicke, un scientifique allemand pris en charge par l’Opération Paperclip. Wernicke a élaboré un « moteur morphogénétique » pour l’Allemagne nazie, qui utilise un grave traumatisme psychologique et la thérapie de rêve pour générer un être axé sur des nanites-malveillantes.
En trouvant Martin dans la chapelle de l’asile, Upshur est témoin de son auto-immolation sur un crucifix. Lui indiquant juste avant qu’il pouvait s’échapper par l’ascenseur, Upshur l’utilise, pour être finalement trompé et il descend dans une installation souterraine sous l’institution. Suivi et attaqué par Walker, Upshur assiste à l’horrible scène où Walker est tué par Le Walrider. Il trouve ensuite le docteur Wernicke. Upshur apprend que Le Walrider est le résultat d’expériences de la nanotechnologie, et qu’il est « hébergé » par le patient catatonique Billy Hope. Ayant reçu les instructions de couper le système de support de vie de Billy Hope, Upshur le fait, mais est immédiatement saisi par le Walrider déjà bien affaibli et sans hôte. Sur le point de mourir, il titube vers la sortie, où une équipe de sécurité dirigée par Wernicke tire sur lui. Upshur s’effondre sur le sol, et Wernicke se rend compte que Miles est devenu le nouvel hôte du Walrider; des cris de paniques et des coups de feu sont entendus avant que l’écran affiche les crédits. Miles à, pendant l’écran noir, tu.
Outlast est un jeu vidéo de type survival horror en vue subjective, prenant place dans l’hôpital psychiatrique délabré de Mount Massive (ressemblant fort à l’hôpital psychiatrique de Buffalo) et peuplé de patients plus ou moins violents. Le protagoniste est incapable de se défendre, à l’exception de certaines scènes scriptées pour repousser un ennemi (qui peut être armé). Sans armes, le joueur doit donc fuir ou se cacher (sous des lits ou dans des casiers) pour pouvoir échapper à ses agresseurs. Le joueur peut passer par dessus certains obstacles, se baisser, sauter et se faufiler à travers des espaces étroits. Il est toujours accompagné de sa caméra, qu’il peut activer ou non, sachant qu’elle consomme de l’énergie. Des batteries de secours peuvent néanmoins être trouvées durant le jeu. Elle est utile pour mieux comprendre l’histoire via des notes prises par le journaliste, ainsi que pour son option de vision nocturne qui permet de voir dans certains lieux plongés dans le noir.
modifier
Outlast a reçu des critiques majoritairement positives. Chez Metacritic, les notes données à la version PC et la version PS4 sont respectivement de 80/100 et 78/100. Chez GameRankings, la note donnée à la version de PC est de 79.94 %, et celle de la version PS4 est de 76.53 %. Il a reçu un certain nombre d’accolades et récompenses de l’E3 2013, y compris le “Most Likely To Make You Faint” et un des “Best Of E3”.
Le site de gaming PC Rock, Paper, Shotgun a donné à Outlast une review très positive, notant que “Outlast n’est pas une expérience montrant à quel point les jeux peuvent être effrayants, c’est une exemplification.” Marty Sliva d’IGN a noté le jeu avec un score de 7.8, gratifiant les éléments d’horreur et le jeu en critiquant la modélisation des personnages et les environnements.
Le 26 octobre 2014, Red Barrels confirme le développement d’une suite d’Outlast, intitulée Outlast 2. Il devrait sortir en automne 2016.
Outlast: The Whistleblower
Outlast sur Steam Site du développeur