Can’t Change Me

“Can’t Change Me” is the only single released from Chris Cornell’s solo album, Euphoria Morning. A music video was produced for the song. Its filming was showcased in an episode of MTV’s Making the Video.

“Can’t Change Me” was released in early 1999 and turned out to be the biggest hit from the album commercially and the song had strong chart positions. “Can’t Change Me” was the first Cornell single to chart but in late 1998 “Sunshower” charted in the US on the Modern and Mainstream chart. “Can’t Change Me’s” peak on the Mainstream rock Tracks was 5 and on the Modern Rock Tracks its peak was 7. The song also charted in the UK where its peak was 62 and became a minor hit outside the US.
Greg Tate of Rolling Stone said this about the song “Can’t Change Me,” is as rhapsodically gorgeous as pop gets, putting a spin on true love that any reprobate slacker can relate to: “She’s going to change the world/But she can’t change me/Suddenly I can see everything that’s wrong with me/But what can I do?/I’m the only thing I really have at all.” Cornell unveils a desire to be reckoned with as an openly wounded and unabashedly portentous rock balladeer.”
A music video directed by Johan Renck was produced for the song.
CD1
CD2

Jack Hale

Jack Hale (2 January 1913 – 25 June 2001) was an Australian rules footballer who played with Carlton in the VFL during the 1930s before becoming a coach. He married Jean Margaret Reynolds in 1940 and they stayed married until his death.
Hale played in many positions during his career but was most notably a rover. He represented Victoria at the 1937 Perth Carnival and was a premiership player with Carlton in 1938. A broken leg caused him to retire in 1941 aged just 28.
He returned to the league in 1948 as a non playing coach at South Melbourne, spending two seasons at the club.
In 1950 he was appointed an assistant coach to Bob McCaskill at Hawthorn. When McCaskill’s health started to fail he was appointed coach in 1952. Hale became the first man to coach Hawthorn to more than 100 matches, and had the distinction of leading them to their first ever finals appearance in 1957. He stepped down at the end of 1959 when he believed that his successor John Kennedy was ready to take over.
Kennedy often credited Hale as being the one who laid the foundations of the 1961 premiership side. “Jack Hale taught Hawthorn to hate defeat,” said Kennedy.
“When I went to Hawthorn,” Hale said, “I took the Carlton spirit with me. I wanted to create a Hawthorn spirit by encouraging the local kids to become involved. I suppose it was the start of the ‘family club’ tradition.”
Hale had a position on the VFL Umpires Appointment Board 15 years. He was a Life Member of the Carlton Football Club, the Hawthorn Football Club, and the AFL. He diedon 25 June 2001 aged 88.

Rio Gebhardt

Rio Gebhardt (November 1, 1907 – June 24, 1944), was a German pianist, conductor and composer. He was born in Heilbronn, Germany. His parents made guest appearances in local variety shows. At age 4, he made his first public appearance. He studied with Kurt Weill. His younger brother, Ferry Gebhardt, a student of Edwin Fischer, was a concert pianist and later professor of piano at the Hochschule für Musik und Theater Hamburg.
Gebhardt wrote jazz pieces, pop songs, and a jazz piano concerto. By 1928, he was a member of the EKLA (First Piano Quartet) with Adam Gelbtrunk, Leopold Mittmann, and Alexander Zakin. In 1937, he became the music supervisor for the first German language television play, Kabinett Fulero. The German Broadcasting Archive has a recording of jazz-piano concert with Rudolf Ehrecke at the piano and Gebhardt conducting the orchestra. He also conducted an orchestra at the Folies Bergère in Paris, France. On June 24, 1944, Gebhardt died on the eastern front during World War II. An exhibition marking the 50th anniversary of his death (with catalog) documents his career.

Käthe Buchler

Käthe Buchler, geb. von Rhamm, (* 11. Oktober 1876 in Braunschweig; † 14. September 1930 ebenda) war eine deutsche Amateurfotografin, deren Bilder als bedeutsame Quellen für die Geschichte der deutschen Frauen im Kriegsalltag im Ersten Weltkrieg und die Verwendung der Farbfotografie dienen.

Käthe Buchler wurde 1876 als Tochter des Landtagsabgeordneten, Landsyndikus und Rechtshistorikers Albert von Rhamm (Mitglied der Ehrlichen Kleiderseller zu Braunschweig) und seiner Frau Emma in Braunschweig geboren. Mit zwei Schwestern und einem Bruder wuchs sie in gesicherten Verhältnissen wohlbehütet auf.
Da sie seit frühester Jugend schwerhörig war, ließ sie sich gegen dieses Leiden mehrfach in Berlin behandeln. Dort nahm sie an Kursen für Fotografie des 1866 gegründeten Lette-Vereins teil, der sich der „Förderung der Erwerbstätigkeit des weiblichen Geschlechts“ verschrieben hatte und seit 1890 auch die Ausbildung zur Fotografin anbot. Zuvor hatte sie sich bereits mit Ölmalerei und Aquarellmalerei auseinandergesetzt.
1895 heiratete sie den Inhaber der Chininfabrik Braunschweig Buchler & Co, Walther Friedrich Theodor Buchler, der das 1858 von Hermann Buchler begründete Unternehmen führte. Um 1901, nach dem Umzug in die Villa am Löwenwall 19 in Braunschweig, besann sie sich auf die damaligen Kurse zurück und begann ihren Mann und ihre zwei Kinder im Porträt mit einer von ihm geschenkten zweiäugigen Voigtländer-Kamera festzuhalten. Doch auch sozial engagierte Fotoserien mit einer vom selben Hersteller produzierten Plattenkamera im Format 9 × 12 folgten. Ab 1906 frischte sie ihre Kenntnisse im Lette-Verein wieder auf. Seit 1910 – nach anderen Angaben ab 1913 – verwendete sie auch das Autochromverfahren zur Herstellung von Farbfotografien an. In erster Linie lichtete sie mit diesem recht teuren Verfahren nur das Umfeld ihrer Familie ab, aber auch die Kinder des Braunschweiger Rettungshauses, einer Einrichtung für sozial benachteiligte Jungen und Mädchen, und Sintikinder, die in Steterburg Rast machten, fanden sich auf diesen Farbaufnahmen wieder.
Als ab 1914 immer mehr Männer im Gefolge des Ersten Weltkriegs dienstverpflichtet wurden, mussten verstärkt Frauen den „Dienst an der Heimatfront“ in traditionellen Männerberufen leisten. Zwar war Käthe Buchler als Angehörige des gehobenen Bürgerstandes Mitglied im Roten Kreuz und im Nationalen Frauenverein, sah aber ihre Hauptaufgabe darin die Tätigkeiten ihres weiblichen Umfeldes in der Arbeit in Männerberufen im Bild zu dokumentieren.
Allerdings ging sie noch darüber hinaus, indem sie die Aufnahmen mit „vaterländischem Blick“ inszenierte, um damit „den Durchhaltewillen des Bürgertums an der Heimatfront festzuhalten“.
Dabei symbolisieren die Frauen in Buchlers Aufnahmen nicht die weibliche Emanzipation, sondern im Geiste ihrer Zeit die „pflichtbewusst-dienende[…] Frau, die genau weiß, wo im Krieg ihr Platz ist.“
Die Aufnahmen Käthe Buchlers befinden sich seit 2003 als nahezu kompletter Nachlass im Bestand des Museums für Photographie in Braunschweig und dienten bereits 1980 als Quellenmaterial für einen wissenschaftlichen Aufsatz. Im Zuge einer ARD-Dokumentation über den Ersten Weltkrieg wurden ihre Bilder 2004 auch einer breiten Öffentlichkeit bekannt. Ihre 175 Autochromes, die in erster Linie zwischen 1913 und 1930 entstanden sind, behielt sie sich für den privaten Rahmen vor. Diese als Archivgut als Rarität zu betrachtenden Bildzeugnisse wurden Ende 2006/Anfang 2007 in einer Ausstellung und Publikation der Öffentlichkeit präsentiert.

Le Colonialisme au Québec

Le Colonialisme au Québec est un essai politique du militant de l’indépendance du Québec André D’Allemagne publié à Montréal en 1966.

Le discours anticolonialiste de l’après-Deuxième Guerre mondiale (Aimé Césaire, Jacques Berque, Albert Memmi, Frantz Fanon) a un grand écho au Québec. Déjà en 1955, l’historien Michel Brunet constate que la situation des Canadiens français « ressemble à celle d’un peuple colonisé par une puissance étrangère[A 1]. » En 1962, le militant de l’indépendance Raymond Barbeau publie l’essai Le Québec est-il une colonie ?. Le thème du colonialisme est abondamment utilisé dans l’ensemble du mouvement indépendantiste québécois de cette époque.
Dans Le Colonialisme au Québec, publié en 1966, André D’Allemagne, membre fondateur et ancien président du Rassemblement pour l’indépendance nationale, fait l’analyse globale du colonialisme tel qu’il le perçoit au Québec. Il en précise la forme, les particularités, et décrit les effets qu’il produit sur le colonisé, le colonisateur et dans tous les domaines de la société québécoise. Sa réflexion sur le sujet était déjà fort avancée dès 1965, comme en témoigne un de ses articles paru dans la revue Monde nouveau au cours de l’été cette année-là[A 2].
Dans une courte introduction de quatre pages, l’auteur définit et retrace l’origine du colonialisme, forme contemporaine de l’impérialisme. Vieux comme le monde, l’impérialisme est « la domination d’une société sur une autre ». Habituellement à la suite d’une conquête par les armes, un peuple vainqueur installe, sur le territoire d’un peuple conquis, des superstructures impériales en vue de l’exploitation des ressources dont il a fait l’acquisition. Sorte de « féodalisme international qu’acceptaient les mœurs du temps », avance l’auteur, l’impérialisme se transforme en colonialisme au XIXe siècle, face à une opinion internationale qui tend à condamner l’autorité d’un gouvernement qui repose uniquement sur la force. La domination impérialiste doit non seulement tenter de se justifier sur le plan moral, mais doit aussi changer de forme. L’occupation d’un territoire par la force cède au conditionnement psychologique de sa population.
Dans le premier chapitre, l’auteur passe en revue l’évolution historique du colonialisme au Québec. Le peuple canadien-français n’a jamais connu autre chose que le système colonial dans son histoire et sa psychologie collective est profondément marquée par ce fait[B 1]. Habitué au régime colonial de la France, il accepte facilement le régime colonial de la Grande-Bretagne qui lui succède après la conquête militaire de 1760. Le clergé catholique, qui prêchait déjà soumission et loyauté à l’autorité divine d’un roi transatlantique, facilite sa soumission à l’autorité nouvelle voulue de Dieu. La Conquête marque donc le commencement de la phase impérialiste de la domination étrangère du Québec. Pour D’Allemagne, cet impérialisme se transforme en colonialisme avec la Confédération de 1867, qui crée pour le peuple conquis une réserve, la province de Québec, et un gouvernement fantoche aux pouvoirs limités. Transférés à Ottawa, siège de l’État fédéral, les pouvoirs exercés autrefois à Londres servent à l’édification des superstructures d’une nouvelle union politique coast-to-coast[B 2], sur lesquelles s’appuieront des institutions financières, industrielles, commerciales et sociales qui, en se superposant aux structures nationales des Canadiens français, les éclipseront nécessairement.
D’Allemagne dénote quelques aspects particuliers du colonialisme que l’histoire implante au Québec :
Ces particularités en font, selon l’auteur, un « colonialisme de gentleman ».
Dans le second chapitre, l’auteur décrit les manifestations du colonialisme qu’il perçoit dans le domaine politique de la société québécoise. C’est dans ce domaine, croit-il, qu’il se manifeste « avec le plus d’évidence et même d’arrogance » par ses symboles de domination étrangère visibles dans toutes les branches des institutions de l’État. Le chef de l’État provincial québécois est un lieutenant-gouverneur représentant le monarque d’Angleterre, auquel les députés et ministres prêtent allégeance et qui marque « le cérémonial de la vie politique, militaire et gouvernementale » d’un royalisme « à teinte féodale ». La même chose existe au niveau de l’État fédéral canadien[B 3]. Derrière cette façade officiellement britannique, se trouve le pouvoir canadien-anglais d’Ottawa qui, par le British North America Act, principal document de la constitution du Canada fédéral, prive le Québec de la souveraineté dans les domaines économique et socio-culturel et du contrôle sur la plus grande part des revenus fiscaux[B 4]. Le colonialisme se manifeste également dans le fonctionnement du système politique, affirme l’auteur. Les deux partis politiques favorisés par le bipartisme sont des succursales des partis pancanadiens qui dépendent des milieux de la finance, du commerce et de l’industrie pour défrayer leur participation aux élections. En retour de leurs contributions aux caisses électorales, les argentiers du régime obtiennent des concessions territoriales, des monopoles, des contrats, de la main d’œuvre bon marché et la répression des syndicats, etc. de la part du parti qui accède au pouvoir. Ces pratiques corruptrices s’étendent jusqu’aux rapports entre l’électeur et le député, le premier prenant habitude de vendre son vote au second pour des promesses de routes, ponts et emplois locaux. De cette situation découle un avantage pour le colonisateur : le libre cours de la domination économique, conséquence de « la dénaturalisation et la dépréciation du pouvoir politique ».
Le troisième chapitre porte sur les conséquences du colonialisme dans le domaine économique de la société québécoise[B 5]. Pour D’Allemagne, l’économie québécoise, qui n’est pas concurrentielle mais complémentaire et tributaire des économies canadienne et américaine, présente toutes les caractéristiques d’une économie coloniale. Le capital étranger, qui domine depuis la Conquête, a servi à l’implantation d’industries principalement dans le secteur primaire, pour le bénéfice d’intérêts étrangers, au détriment de ceux de la population québécoise. L’activité d’institutions financières pancanadiennes, l’impuissance du gouvernement du Québec dans l’organisation de l’économie faute de moyens politiques, ont pour résultat d’entraver l’essor normal de l’économie nationale, qui est insuffisamment diversifiée et reste largement sous-développée. Le colonialisme économique réduit le colonisé à l’impuissance et entretient chez lui une mentalité passive et un manque d’initiative[B 6]. L’auteur croit que le peuple québécois ne pourra reprendre le contrôle de son économie qu’au moyen de la planification effectuée non pas sous l’égide d’un État provincial, mais bien d’un État national complet. Le chapitre se termine d’ailleurs sur une citation de Charles Bettelheim : « La première condition du progrès économique et social est l’indépendance politique ».
Le quatrième chapitre traite des manifestations du colonialisme au niveau social. À la suite de la conquête, les élites sociales issues du clergé catholiques et des professions libérales acquièrent une prédominance dans la société canadienne-française à titre d’intermédiaires entre le peuple et le colonisateur. La puissance étrangère, croit D’Allemagne[B 7], a empêché la formation d’élites canadiennes-françaises dans les domaines de la finance, de l’industrie, de la technique, de l’armée, la marine, la diplomatie, la fonction publique, etc. Le colonialisme a pour effet social d’entretenir un chômage structurel supérieur à la moyenne canadienne chez une population majoritairement prolétaire, locataire, mal instruite et mal rémunérée. La richesse québécoise est fortement concentrée entre les mains d’une minorité canadienne-anglaise instruite, qui occupe les emplois du secteur tertiaire supérieur et vit de façon isolée dans ses propres municipalités ou ses propres quartiers huppés en milieu urbain.
Le cinquième chapitre explore les effets du colonialisme sur la culture de la société québécoise. D’Allemagne définit d’abord les mots culture et nation. La culture est « une façon de voir l’homme et le monde, et les rapports entre l’homme et le monde. » Elle est également « un moule qui façonne les individus et modèle les sociétés » et « un système de conceptions et de valeurs, une façon de définir, de classer et d’évaluer les réalités ». La nation est « une collectivité historique et culturelle » et la culture nationale est « le produit de l’histoire d’un peuple ».
La langue, qui dans les mots de l’auteur « est sans doute le principal véhicule et le plus fidèle reflet d’une culture », permet de constater l’effet du colonialisme culturel. Deux langues sont en concurrence au Québec : le français, langue nationale parlée par la majorité du peuple et l’anglais, langue de la minorité coloniale et du colonisateur. Sous l’influence de l’anglais, langue qui conduit « à la puissance, au prestige et au succès », le français québécois a été relégué au second rang et s’est détérioré de plusieurs façons[B 8] :
L’auteur attribue l’influence négative de l’anglais sur le français au bilinguisme officiel et juridique du Québec[B 9] qui confère des privilèges à la minorité anglophone, qui jouit déjà de la puissance économique et sociale. Faire du Québec une province aussi unilingue que le sont les neuf provinces anglaises du Canada serait utile, croit l’auteur, mais insuffisant pour rétablir l’équilibre linguistique entre le colonisé et le colonisateur. Le colonialisme culturel, dont le colonialisme linguistique n’est qu’un aspect, est une conséquence du colonialisme politique et économique. Les valeurs de la culture canadienne-anglaise ont été imposées au Québec via la langue du colonisateur, mais aussi « par ses techniques d’organisation du travail, par ses produits, par sa publicité, qui reflètent les goûts, les barèmes et les complexes de la société dominante ».
Pour D’Allemagne, les moyens d’information et les institutions culturelles que la minorité canadienne-anglaise s’est donnée pour elle-même lui évite non seulement de s’intégrer à la société québécoise, mais exercent une influence culturelle démesurée sur la population colonisée. En plus des institutions propres à la minorité coloniale, la radio-télévision française de l’État fédéral sert à la promotion de l’unité nationale pancanadienne sur le territoire du Québec et contribue à la « neutralisation culturelle du colonisé » par un vaste système de subventions visant à orienter l’activité culturelle des Québécois et sélectionner les intellectuels qui seront favorisés par le régime canadien. En matière culturelle, le succès est ratifié et le prestige dispensé par l’État national canadien-anglais via son réseau d’institutions[B 10].
Dans le sixième chapitre, l’auteur analyse le conditionnement psychologique subi par le colonisé et quelques-uns des comportements adoptés par celui-ci.
Le Québécois colonisé reçoit une formation anationale et asociale de sa famille, de son école, de son collège et de son université. Des jouets de l’enfance auxquels il apprend à donner des noms anglais jusqu’aux cours universitaires où l’on enseigne avec des manuels américains, en passant par les cours d’histoire du Canada, le rappel constant de ses parents et professeurs qu’il doit être bilingue pour « réussir », tout tend à le dénationaliser et à le conditionner vers une intégration à la société et à la culture du colonisateur. Pour D’Allemagne, il n’y a que quelques domaines professionnels où le colonisé pourra espérer rester lui-même : « l’enseignement, la fonction publique québécoise, la petite entreprise, les carrières libérales, le clergé, le journalisme ». Dans les autres domaines, à compétence égale, il sera toujours perdant. Il doit être plus compétent que les autres, maîtriser parfaitement une langue seconde et accepter de jouer un rôle d’intermédiaire dans un milieu où il devra modeler son mode de vie et sa psychologie sur l’exemple de ses patrons. Détaché de ses compatriotes sans jamais arriver à s’assimiler complètement, le Québécois colonisé se trouve alors « en exil parmi les siens ».
Le comportement du Québécois colonisé varie entre deux extrêmes : d’un côté l’assimilation volontaire (la haine de soi) et de l’autre, les formes multiples d’un nationalisme « confus mais exacerbé ». L’auteur passe en revue plusieurs de ces comportements, ceux qui procèdent selon lui d’une « acceptation fatidique » de la suprématie du colonisateur et les autres qu’il voit plutôt comme une sorte de « résistance mythique » à ce dernier.
Dans le contexte du mouvement international de décolonisation de l’après-guerre, il arrive de plus en plus que le colonisé prenne conscience de sa situation, malgré le conditionnement psychologique qu’il a subi dans son milieu. Cette prise de conscience, croit l’auteur, est favorisée par l’instruction plus généralisée qui entraîne la fréquentation de la presse et du livre[B 11].
Le septième chapitre porte sur le comportement historique du colonisateur et de ses agents, les colonialistes.
Comme tous les vainqueurs, le conquérant britannique du Québec adopte vis-à-vis du peuple vaincu une attitude oscillant entre la « répression barbare » et le « paternalisme libéral ». Après l’Acte d’Union de 1840, il fait peu d’efforts pour assimiler le peuple colonisé car il croit à la prédiction du haut-commissaire Durham, c’est-à-dire que sa mise en minorité lui fera abandonner « sa vaine espérance de nationalité[B 12] ». La Confédération de 1867, qui inaugure selon l’auteur « l’ère du colonialisme pancanadien », est la grande victoire du colonisateur. Depuis ce changement constitutionnel, le colonisateur, qui déménage de Londres à Ottawa, refuse de reconnaître au colonisé une personnalité collective et historique de type national, préférant le traiter comme une minorité ethno-linguistique parmi d’autres. De son côté le colonisé se trouve profondément aliéné et passe son temps à se demander s’il est Canadien, Canadien français ou Québécois. L’image du colonisé dans l’esprit du colonisateur est d’abord celle d’un Français (French) qu’il ne distingue souvent pas du Français de France. Il est « un paysan naïf et primaire, soumis et résigné par l’effet de son catholicisme » et son caractère est « léger, superficiel et individualiste ». Il est un bon vivant qui peut être doué pour le spectacle et l’artisanat mais inapte aux affaires et à la technique. Pour justifier moralement sa domination, il se présente comme indispensable au colonisé, ce « grand enfant » incapable de se gouverner pour son propre bien. Mais le colonisateur canadien se trouve dans une situation de faiblesse particulière du fait qu’il est lui-même dominé économiquement et culturellement par une autre nation : les États-Unis d’Amérique.
Soit par intérêt, soit par conditionnement psychologique, ce sont des colonialistes, croit D’Allemagne, qui maintiennent véritablement le régime canadien-anglais au Québec. Pour lutter contre le mouvement de décolonisation du Québec, ces Canadiens français ont recours à diverses formes de terrorisme intellectuel.
Le huitième chapitre situe la nature de la lutte pour la décolonisation du Québec et fait la revue et le bilan des actions du mouvement indépendantiste de 1960 à 1966.
L’aspiration à l’indépendance politique est, selon D’Allemagne, une constante de l’histoire de la nation canadienne-française, mais ce n’est qu’à partir de la fondation du Rassemblement pour l’indépendance nationale en septembre 1960 que cette aspiration est incarnée dans un mouvement structuré et organisé. Depuis cette époque, la lutte de la libération du peuple québécois ne se fait plus entre « Anglais » et « Français » au sein d’un Canada fédéral, mais à l’intérieur du Québec entre l’autonomisme provincial des colonialistes et l’indépendantisme national des anticolonialistes. L’auteur voit dans cette lutte l’affrontement entre un nationalisme folklorique, négatif et revendicateur et un nationalisme historique, positif, qui débouche sur l’universel.
Les indépendantistes, en rejetant l’ordre constitutionnel canadien qu’ils jugent illégitime, ont enclenché une nouvelle dynamique politique et donné une force nouvelle à un nationalisme devenu révolutionnaire. D’Allemagne croit que la lutte pour la décolonisation du Québec est là pour rester. Dans ses mots : « Elle ne peut s’achever que par l’effondrement du régime ou la disparition des forces de décolonisation. Il est encore trop tôt pour que la première solution soit immédiate, trop tard pour que la seconde soit plausible. »
Dans le neuvième et dernier chapitre, l’auteur explore quelques perspectives d’avenir pour le Québec. Il croit que le Québec a besoin d’une « authentique révolution » car ses institutions politiques, économiques et sociales sont « soit folkloriques, soit étrangères » et conséquemment « inaptes à servir les intérêts de la nation ». La révolution québécoise qu’il appelle doit reposer sur deux libérations, soit « la libération politique qui par l’indépendance fera que les décisions ne dépendront plus de l’étranger, et la libération économique et sociale qui mettra les ressources du pays à la disposition de la population du pays. » Le succès de la décolonisation dépendra de trois facteurs principaux : 1) l’expansion du mouvement indépendantiste, 2) la politisation de la population et 3) la succession des générations.
Le Colonialisme au Québec obtient un succès d’estime au Québec et ne passe pas inaperçu dans la littérature intellectuelle francophone. Avec Portrait du colonisé québécois, numéro triple de la revue Parti pris paru à l’été 1964, l’essai d’André D’Allemagne devient une référence incontournable à tous ceux qui observent ou étudient le mouvement indépendantiste du Québec en vue de le comprendre.
Dans un communiqué officiel diffusé le 1er février 2001, jour du décès d’André D’Allemagne, le premier ministre Lucien Bouchard rend hommage à celui dont l’essai sur le colonialisme « était le livre de chevet de bien des souverainistes[A 3] » à la fin des années 1960.
L’essai est publié chez Éditions R-B en 1966[A 4]. En 2000, il est réédité chez Comeau & Nadeau en collaboration avec Agone pour le 40e anniversaire de fondation du Rassemblement pour l’indépendance nationale[A 5].

Prostitution in Rhode Island

Prostitution in Rhode Island was outlawed in 2009. On November 3, 2009, Governor Donald Carcieri signed into law a bill which makes the buying and selling of sexual services a crime.
Prostitution was legal in Rhode Island between 1980 and 2009 because there was no specific statute to define the act and outlaw it, although associated activities were illegal, such as street solicitation, running a brothel, and pimping. With the passing of the new law, Nevada is the only US state which allows legal prostitution.

Exchanging sex for money is illegal, for both the prostitute and the customer, and is classified as a misdemeanor.
The law makes selling sexual services a misdemeanor crime punishable with a fine of $250 to $1,000, or up to six months in prison, or both for first offenders. The legislation includes a provision that empowers judges to erase any record of charges of convicted prostitutes after one year. Multiple offenders face a fine of $500 to $1,000, or up to a year in prison, or both.
Customers face a fine of $250 to $1,000, or up to a year in prison, or both, for first offenders, and a fine of $500 to $1,000, or up to a year in prison, or both, for multiple offenders. The law offers no provision to allow a judge to expunge the record of the customers. The crime is also classified as a misdemeanor.
Landlords who knowingly profit from prostitution on their property also face fines of $2,000 to $5,000, and one to five years in prison for first offenses. Multiple offenders face fines of $5,000 to $10,000, and 3 to 10 years in prison.
Prostitution was decriminalized in Rhode Island in 1980, when the prostitution laws were amended, reducing prostitution from a felony to a misdemeanor. The drafters of the law deleted the section that addressed committing the act of prostitution itself, and only street solicitation remained illegal. Prostitution remained legal in the state until November 2009, when it was outlawed again.
It has been argued that the lawmakers who amended the Rhode Island prostitution laws in 1980 had decriminalized indoor prostitution by mistake, without realizing that the new laws were creating a “loophole.” Rhode Island State Senator John F. McBurney III was the only member of the General Assembly at the time of the 2009 vote who had served in 1980. He stated in 2009, “We probably vote on 500 bills a year (…) They didn’t know what they were voting for.” John C. Revens Jr. is a former Senate Majority leader and a lawyer who served in the General Assembly for nearly four decades. He agreed, “They would never sponsor a bill decriminalizing prostitution if they knew what it was. No way. Not in a million years.”
A paper from the National Bureau of Economic Research found declines in rape offenses and gonorrhea incidents during the six years that prostitution was not an illegal offense.
At the beginning of 2009, two bills were introduced in the Rhode Island General Assembly which defined the crime of prostitution to include any location (one bill, H5044, originated in the House, and the other, S596, in the Senate).
The most prominent proponent of criminalization was Representative Joanne Giannini (D). She introduced Bill H5044 into the House on January 8, 2009 (co-sponsored by Reps. Coderre, Melo, Gemma, and Fellela), and it was referred to the Committee which considered it on April 4, and substituted the text (Sub A) on April 30. The House voted on this with amendments on May 13, and the bill passed to the Senate Committee on May 28 where it remained until the Assembly recessed for the summer.
In the Senate, a similar bill was introduced by Senator Jabour on February 25 (co-sponsored by Senators O’Neill, Lynch, Cote, and Picard). The Judiciary Committee conducted hearings on June 25. The Senate hearings attracted much media attention. Asian spa workers, recruited by Tara Hurley, testified against the bill. After the testimony of the sex workers, a number of other groups spoke out against the bill. The Committee recommended version Sub A by a vote of 8:4, which was voted on in the Senate the following day and referred to the House. Both bills were accompanied by other trafficking legislation, H5661 (Giannini) and S605 (Senator Rhoda Perry).
As both the House and the Senate recessed, two separate versions of prostitution bills remained. Both chambers had to approve a single identical bill in order for it to be sent to the Governor, for him to sign it into law. The two bills differed in the levying of punishment. The Senate version of the bill called for staggered penalties for first, second, and third offenses. Prostitutes, their customers, and property owners found guilty of a first offense would have been punished by a civil “violation” and a fine of $100. The House version of the bill called for no penalties for landlords but contained stiffer penalties for prostitutes and customers who were first-time offenders. Anyone found guilty of prostitution faced imprisonment for up to 6 months and a fine of up to $1,000. The penalty for subsequent offenses was up to a year imprisonment and a fine of up to $1,000.
Upon review of both versions of the prostitution bills, the State Police, Attorney General Patrick C. Lynch, and Governor Donald Carcieri called for the passage of the House version of the bill, with stiffer penalties for first-time offenders. Supt. Col. Brendan P. Doherty of the Rhode Island State Police testified that the police agency, “cannot support civil sanctions for such reprehensible acts.”
Two front page articles were published in the Providence Journal before the General Assembly returned for a special session, and Happy Endings? was released to the general public—a documentary on the Asian massage parlors in Rhode Island.
The bill was sent to Governor Donald Carcieri to be signed into law.
On November 3, 2009, at a State House ceremony, Governor Donald Carcieri signed into law the bill which outlawed prostitution in Rhode Island.
In addition to the legislation’s sponsors, the attendants at the ceremony included Rhode Island Atty. Gen. Patrick C. Lynch and State Police Col. Brendan P. Doherty.
State Police Col. Doherty said that the new law “sends a distinct message to any group (which) thinks they could use Rhode Island in furtherance of their illicit business”.
On February 26, 2010 Providence police charged four women from two city spas on prostitution charges. Three of the women were charged with prostitution, and one of the women was charged with permitting prostitution.
On June 30, 2010, the first woman was allowed to have her prostitution records expunged under the new law. Attorney General Patrick Lynch plans to appeal.
On November 20, 2010, the Rhode Island state police, Providence police and special agents from U.S. Immigration and Customs Enforcement shut down a brothel operating in a first floor apartment in Providence and arrested two women.
The main support for a full prostitution ban has come from the Governor, Attorney General, police, Donna M. Hughes of the University of Rhode Island, and Citizens Against Trafficking (CAT). CAT was formed by Donna M. Hughes and Melanie Shapiro after leaving Rhode Island Coalition Against Human Trafficking (RICAHT) when that group refused to support Representative Giannini’s version of the bill. Also providing testimony for support of the law was Concerned Women for America, Laura Lederer, and Margaret Brooks, a professor of economics at Bridgewater State College.
In addition to RI Coalition Against Human Trafficking, opposition to the bill came from women’s rights groups, anti-trafficking groups, sex workers, and sex educators. These groups included Amos House, Brown University Students Against Human Trafficking, Direct Action for Rights and Equality (DARE), Family Life Center, the International Institute of Rhode Island, American Civil Liberties Union, Rhode Island Coalition for the Homeless, Rhode Island National Association of Social Workers and the Rhode Island National Organization for Women. Other groups providing testimony included the Urban Justice Center. Individuals included the women’s chaplain of the Adult Correctional Institutions and Ann Jordan, the Director of the Program on Human Trafficking and Forced Labor at Washington College of Law, who provided testimony arguing that the bill would not help fight trafficking, but instead worsen the problem. During the summer recess, two Representatives, David Segal and Edith Ajello outlined their reasons for opposing the bills. Similarly Senators Jabour and McCaffrey stated the arguments for the Senate bill. The Senate bill was seen as too weak by supporters of the House bill because it lacked prison time.
In the United States and other places, there are few resources and little support readily available for male sex workers working or living on the streets. Men and boys in this situation may face many issues. They may be at a higher risk for health problems and abuse. Male street prostitutes may have issues such as drug addiction. Offering support and health care to such stigmatized people can be difficult due to a reluctance to disclose information about their work to health care professionals, which can also make male prostitutes difficult to identify in order to reach out to.
In recent years some organizations directed specifically at helping male sex workers have been founded and some studies have begun being done on this little-studied population. For example, Richard Holcomb, a former sex worker, founded ‘Project Weber’, a harm reduction program in Providence, Rhode Island that offers resources and support to male sex workers living on the streets, including a needle exchange and HIV testing. Holcomb cited the lack of data available on male commercial sex workers in the region as his reason for helping develop a 2010 survey to assess the needs of this population. Project Weber recruited and surveyed 50 male sex workers living on the streets of Providence. Holcomb cited the fact that he and members of his team are former sex workers themselves as one of the primary reasons why they were able to gain access to the men in order to conduct this survey. The project says they have gleaned valuable data on male sex workers who work and live on the streets of Providence. Holcomb has also created several documentaries meant to draw attention to the subjects of male street prostitution and drug use.

2010 U.S. Figure Skating Championships

The 2010 United States Figure Skating Championships were a national championship to determine the national rankings of the United States in the 2009–10 figure skating season. The event was among the criteria used to select the U.S. teams for the 2010 World, World Junior, Four Continents Championships, and the 2010 Winter Olympics.
Skaters competed in four disciplines – men’s singles, ladies’ singles, pair skating, and ice dancing – across three levels: senior, junior, and novice. Medals were awarded in four colors: gold (first), silver (second), bronze (third), and pewter (fourth).
Organized by U.S. Figure Skating with AT&T as the title sponsor, the 2010 Championships took place between January 14 and 24 at the Spokane Veterans Memorial Arena in Spokane, Washington.
The Olympics were to begin 18 days after the end of the U.S. Championships. The senior-level Championship events were therefore spread out over two weekends to allow the skaters approximately four weeks between the end of their event and the start of the corresponding Olympic competition.
The senior compulsory dance was the Golden Waltz.

The results of the 2010 U.S. Championships were among the criteria used to determine the 2010 Olympic team. The competitions used in the selection process were, in order of priority:
The United States had qualified 3 Olympic spots in men’s singles and ice dancing and 2 Olympic spots in ladies singles and pair skating. The entrants are nominated by U.S. Figure Skating and must be confirmed by the United States Olympic Committee.
The nominees in each discipline were announced following the completion of that discipline’s competition. The pairs entrants were nominated on January 16, the men on January 17, and the ladies and ice dancers on January 23.
Qualification for the U.S. Championships began at one of nine regional competitions: New England, North Atlantic, South Atlantic, Upper Great Lakes, Eastern Great Lakes, Southwestern, Northwest Pacific, Central Pacific, and Southwest Pacific. The top four finishers in each regional competition advanced to one of three sectional competitions: Eastern, Midwestern, and Pacific Coast. Skaters who placed in the top four at the sectional competitions advanced to the U.S. Championships.
Byes to the competition were given to skaters who had won medals at the 2006 Winter Olympics or the 2009 World Figure Skating Championships; to the top five finishers in each senior-level discipline at the 2009 U.S. Figure Skating Championships; to any skaters who qualified for the 2009–10 Junior or Senior Grand Prix Final in the discipline in which they qualified; and to any skater who was assigned to an international event that occurred at the same time as their sectional championship.
The following skaters have been given byes to the 2010 U.S. Championships and did not have to compete at regionals or sectionals.
Ice dancers Morgan Matthews / Leif Gislason would have received a bye due to their 5th place finish. However, the team dissolved following the 2008–09 season.
The nominations to the Olympic team were announced as follows:
The World team was announced as follows:
The Four Continents team was announced as follows:
The World Junior team was announced as follows:

Birch trumpet

The birch trumpet (Norwegian: neverlur, Swedish: näverlur, Latvian: taure, Lithuanian: ragas, daudytė) is a type of natural trumpet made of spruce covered with birch bark, known in Norway, Sweden, Finland, Latvia, Lithuania, Belarus. Even cruder and less durable versions were made of plain birch bark. They are associated with the early European Chalet culture, where it was presumably used to intimidate predators, frighten supernatural enemies, and convene council meetings.
The neverlur, as a natural horn, thus has no fingerholes or valves. Normally, a player can play 10 tones from the natural scale on the instrument. In the modern era, the neverlur is primarily a cultural curiosity, used for the occasional fanfare.
Tolga kulturskole (culture school) in Norway regularly teaches playing the neverlur to all interested people living in the municipality.
The oldest recovered näverlur in Sweden dates back to the 10th century, and resembles earlier bronze trumpets.

Template:Latvian folk music

Wojna kokosza

Wojna kokosza (rokosz lwowski) – nazwa rokoszu szlachty polskiej, zawiązanego w lipcu 1537 roku, w celu zahamowania dążeń Zygmunta Starego i królowej Bony. Był to pierwszy sejm rokoszowy szlachty polskiej.
Od początku XVI wieku w szeregach szlachty Królestwa Polskiego powstawał program zmian w polityce dworu królewskiego. Dotyczył on wielu, często anachronicznych, aspektów polityki wewnętrznej. Najważniejsze postulaty reform dotyczyły władzy sądowniczej oraz polityki administracyjnej. Choć istniało kilka skodyfikowanych praw (Statut Łaskiego, Formula processus), to jednak były one przestarzałe, niepełne bądź przyjęte tylko na małym obszarze państwa. Prowadziło to również do manipulowania prawem. Szlachtę raziło łączenie niektórych godności i urzędów, co powodowało zaniedbywanie przez urzędników ich obowiązków. Z oburzeniem była przyjmowana ekonomiczna polityka królowej Bony dotycząca dóbr królewskich. Krytykowano króla i królową za przeprowadzoną elekcję vivente rege Zygmunta Augusta, a także wychowanie młodego króla – wychowywany przez kobiety Zygmunt August odsuwany był od spraw państwowych.
Królowi przedstawiono 36 postulatów związanych z ruchem egzekucyjnym, dotyczących:
Sukcesem szlachty było doprowadzenie do sejmów w Piotrkowie i Krakowie, na których król zobowiązał się egzekwować prawa, co godziło w interesy magnaterii, która często bezprawnie posiadała majątki królewskie i dał gwarancję elekcyjności tronu polskiego. Mimo to rokosz nie przyniósł żadnego ważniejszego skutku. Jego nazwa wzięła się z faktu, iż jednym z rezultatów, przynajmniej według magnatów, było wyjedzenie drobiu z okolicy Lwowa, gdzie go zawiązano.

David Bellinger

David C. Bellinger is professor of neurology at Harvard Medical School and professor in the Department of Environmental Health at the Harvard School of Public Health. He is also a Senior Research Associate in Neurology and a Senior Associate in Psychiatry at Boston Children’s Hospital.
Bellinger received his BA from Williams College in psychology, his MSc in epidemiology from the Harvard School of Public Health, and his PhD in psychology from Cornell University.
Bellinger is known for his research on the neurotoxic effects of exposure to certain chemicals in children, as well as the effects of medical conditions that develop early in life on children. In 2006, he served on an Institute of Medicine committee that found that the benefits of seafood consumption outweighed the risk, and that the benefits of such consumption also exist for infants. In 2007, along with a number of other scientists, Bellinger warned about the adverse effects exposure to common chemicals can have on babies. One of his studies, published in 2012, concluded that 16.9 million IQ points have been lost due to exposure to organophosphates, which are often used as pesticides.